Retour au blogue
Publié le 9 juillet 2003
Rédigé par Performance opérationnelle

Le plan directeur informatique

Article publié sur le site www.directioninformatique.com
Le Groupe Créatech

« Je ne sais pas où l’on va, mais on y va », comme disait Obélix. Malheureusement, cela pourrait bien être la devise de maintes organisations ainsi que de plusieurs services de gestion de l’information qui ne disposent pas d’un plan directeur bien à jour.

Les TI sont au cœur des organisations

Les technologies de l’information font de plus en plus partie de l’offre de produits et services des entreprises et du secteur public. Un site Internet transactionnel efficace, des outils de service à la clientèle performants ou même des logiciels de gestion intégrés de type ERP (« Enterprise Resource Planning ») bien implantés sont des actifs importants pour des organisations agiles et performantes qui sont tournées vers l’extérieur et bien axées vers l’accomplissement de leur mission fondamentale.

Dans une organisation bien gérée qui sait où elle va, contrairement à notre légendaire Gaulois, l’informatique ne peut voguer à la dérive, à la merci des priorités du moment. Comme toute organisation performante qui a des objectifs ainsi qu’une stratégie et un plan d’action pour y parvenir, un service de l’informatique bien géré ne peut se passer d’un plan directeur.

Un outil irremplaçable

Le plan directeur informatique est en effet un outil stratégique irremplaçable pour assurer que les systèmes d’information soutiennent et favorisent le développement de l’organisation dans son ensemble, d’une manière durable.

Le plan directeur informatique est aussi une source d’avantages concurrentiels pour l’organisation, car il analyse les activités de la concurrence et définit des orientations stratégiques qui différencieront l’organisation de ses rivales. Le plan définit aussi des projets de réingénierie des processus et des systèmes qui contribueront à rendre l’organisation plus performante.

Peu d’organisations ont un plan directeur

Il est étonnant de constater combien peu d’organisations disposent d’un plan directeur informatique, mais les raisons, elles, sont nombreuses.

Souvent, le service informatique est trop occupé par les urgences quotidiennes pour prendre le moindre temps d’arrêt, le temps et les ressources manquant également pour s’attaquer aux vrais problèmes. Parfois, des tentatives antérieures non concluantes ont discrédité cet exercice souvent trop théorique et peu porté vers l’action. De même que de beaux rapports restent sur les tablettes, par manque d’engagement de l’organisation.

La démarche à suivre

Comment s’y prendre pour réussir un plan directeur et faire en sorte qu’il vive au rythme de l’organisation? D’abord, la haute direction doit percevoir pleinement la valeur du plan directeur informatique et l’intégrer à la stratégie de l’entreprise.

Il faut ensuite que ce plan soit réalisé par des experts qui ont déjà réussi l’exercice dans nombre d’autres organisations. Ces experts, qui doivent venir de l’extérieur pour être entendus et apporter leur vécu, doivent travailler étroitement avec la direction et en représenter une extension directe. Enfin, le plan directeur doit bien analyser l’ensemble de la situation et, notamment, les domaines suivants :

  • les tendances majeures dans le secteur d’activité de l’organisation;
  • la situation interne en matière de technologies et de processus;
  • les besoins de réingénierie des processus;
  • les besoins en termes de tableaux de bord de gestion et de systèmes décisionnels;
  • la capacité d’absorber le changement;
  • la situation concurrentielle;
  • l’état actuel des technologies ainsi que les projets en cours et planifiés;
  • les principales possibilités technologiques.

Des solutions porteuses

À la lumière de ces analyses, le plan directeur doit proposer des objectifs clairs, une stratégie et un plan d’action pour atteindre ces mêmes objectifs, de même qu’une architecture globale des systèmes d’information et des solutions concrètes, porteuses d’avenir.

Le plan d’action, qui est le cœur d’un plan directeur, doit comporter une liste de projets bien définis avec des priorités, des budgets et des échéanciers prévisionnels, et ce, dans tous les secteurs importants.

L’adhésion et la continuité

Tout ce travail serait en vain sans l’adhésion de l’organisation au plan directeur, en commençant par la haute direction. Pour que cette adhésion soit entière, il faut que la direction soit impliquée tout au long de l’élaboration du plan. Avec des conseillers externes compétents, l’effort est bref mais intense.

Enfin, il est indispensable que le plan directeur vive et suive l’évolution de l’organisation ainsi que des marchés dans lesquels elle opère. Une vigie technologique et stratégique permanente est donc indispensable pour assurer que le plan directeur demeure l’instrument porteur qu’il était au départ. Et il n’est pas nécessaire de consacrer beaucoup de temps et d’effort à cette mise à jour, si l’on intègre le plan à la gestion générale de l’organisation.

Un investissement rentable

Un plan directeur est l’un des investissements les plus rentables en informatique, car il permet de s’assurer que les orientations technologiques soutiennent et favorisent la croissance de l’organisation. Sans plan directeur, des sommes importantes risquent d’être englouties dans des projets et des infrastructures qui ne répondent pas aux impératifs de l’organisation et de sa clientèle. Dites-vous bien que ne pas avoir de plan directeur informatique, c’est comme piloter un avion dans le brouillard sans instrument de navigation ni radar.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser
Author slug - createch
Author slug - sébastien-castonguay
Sébastien Castonguay
 
Sébastien Castonguay
Publié le 18 juin 2019
Author slug - lucie-girard